De la difficulté d’équilibrer les comptes communaux !

Publié le dimanche 16 novembre 2014

De la difficulté d’équilibrer les comptes communaux !

Le conseil a eu à se prononcer sur une nouvelle modification budgétaire. S’il s’agit d’un ’simple’ ajustement qui permet à la Commune de faire face aux événements imprévus, il a bien fallu constater la grande difficulté pour la Majorité d’équilibrer les budgets communaux. Cette situation risque encore de devenir plus critique pour l’exercice 2015 dont le budget sera présenté au dernier conseil communal de l’année.

Quels incitants pour produire moins de déchets ménagers ?

Nous avons rappelé notre opposition à la taxe sur la collecte et le traitement des déchets ménagers dans sa forme actuelle. La taxe se veut proportionnelle, cela signifie que les gros producteurs de déchets devraient payer plus et que les habitants qui font des efforts devraient être récompensés par une taxe moins élevée. Toutefois, nous avons rappelé que la taxe actuelle n’incite pas du tout à produire moins de déchets. Un rapide calcul montre, par exemple, qu’un isolé qui produit 100 kg de déchets non organiques paiera 103,69 euros au lieu des 100 euros que devra payer celui qui se limitera à 55 kg.

Demande de participation d’Ecolo à un projet d’économie verte et solidaire

Nous avons aussi faire connaître notre intérêt à participer aux discussions techniques qui auront lieu sur le projet de développement d’un centre de traitement et de valorisation de déchets verts. Ce projet devrait être d’autant plus intéressant qu’il aura aussi pour objectif de créer des emplois pour des personnes peu qualifiées.

Les coûts de l’éclairage public !

Nous avons approuvé les conditions de marchés pour l’extension du réseau d’éclairage public au parking de covoiturage qui sera installé à Playe. Le dossier montre en effet que ce seront des lampes économiques de type LED qui y seront installées. Pourtant nous avons déploré le fait qu’une fois de plus, le seul critère d’attribution de ce marché sera le prix. Comme pour bien d’autres achats de la Commune, il nous semble qu’il aurait été encore plus intéressant d’ajouter, à côté du prix, des critères quantitatifs et qualitatifs pour choisir les luminaires. Quelle est la consommation annuelle réelle des lampes ? Quelle est leur durée de vie ? Sont-elles conçues pour diminuer les impacts sur la vie sauvage et la protection du ciel nocturne ? Si le prix est bien sûr un critère de choix essentiel, les pouvoirs publics ont en effet la possibilité d’ajouter d’autres critères de sélection (coût de fonctionnement, impact environnemental, social...) qui permettent de rendre leurs achats plus durables.

Le retour au service public !

Enfin, nous avons interpellé la Majorité sur les raisons qui l’ont amenée à dénoncer le contrat postal qu’elle avait conclu avec la société privée TBC Post en lieu et place de B Post (Décision du Collège du 9 octobre 2014). D’urgence, il a fallu revenir vers B Post en attendant de relancer un nouveau marché de service postal. La Majorité a expliqué que plusieurs manquements ont été constatés dans la distribution des envois normaux et recommandés. Ces péripéties rappellent une fois de plus que la privatisation des services publics (poste, trains, électricité...) se fait rarement aux bénéfices des consommateurs et de l’intérêt collectif. Ecolo reste partisan d’un service public fort et efficace qui travaille au bénéfice de l’ensemble de la collectivité et pas seulement de quelques intérêts privés qui peuvent se permettre des tarifs plus élevés.