Dans l’attente du Plan Stratégique Transversal

Publié le samedi 1er février 2014

Dans l’attente du Plan Stratégique Transversal

La Majorité s’y était engagée après les élections de 2012. Nous l’attendions en septembre 2013. En décembre, on nous avait, une fois de plus, promis la présentation du Plan Stratégique Transversal lors du Conseil communal du 30 janvier. Bien malheureusement, cet document qui nous aurait permis de comprendre quelle est la vision que la Majorité se fait d’Aywaille fait toujours défaut. Patience, patience. Espérons que le résultat sera à la hauteur du délai mis pour le réaliser.

Vote électronique : la Majorité refuse d’assumer sa responsabilité

La Majorité propose d’attaquer en justice le Gouvernement wallon contre sa décision de faire supporter le surcoût lié au vote électronique pour les communes qui y ont eu recours en octobre 2012. Dans le cas d’Aywaille cela représente un coût de 11 487 euros. Par ces temps de contrainte budgétaire, on comprend bien sûr que la Majorité se serait bien passée de cette dépense supplémentaire.

Pourtant à y regarder de plus près, nous ne pouvons accepter cette proposition. En effet, dès le 09 juin 2011, le Ministre Furlan invitait les communes à abandonner ce mode de scrutin. Il laissait la possibilité aux Communes de maintenir le vote électronique pour autant "qu’elles prennent en charge l’ensemble des coûts qu’entraînerait cette décision". La Majorité a donc agi en toute connaissance de cause et il ne nous paraît pas justifié de demander à la Région qui connaît aussi des difficultés budgétaires d’assumer le choix d’Aywaille. De toute façon, ce surcoût devra être financé par nos impôts qu’ils soient versés dans les comptes communaux ou régionaux.

Dans sa question au Ministre Furlan au Parlement wallon sur ce sujet, on comprend que Philippe Dodrimont regrette que la Région ne finance plus le vote électronique et que cela risque "de pousser les communes à maintenir, voire à réintroduire, le vote papier". Par son action, le Bourgmestre veut donc surtout forcer la Région à maintenir le vote électronique et c’est bien là le problème.

Comme écologistes, nous ne pouvons pas accepter cette position. Nous pensons en effet que le vote électronique n’offre aucune garantie de contrôle démocratique. Imaginons ce que donneraient les résultats d’un vote électronique dans des pays comme l’Ukraine, la Russie ou dans n’importe quel autre régime autoritaire. Bien sûr nous n’en sommes pas là en Belgique et nous ne pensons pas que les résultats des élections sont truqués mais qui peut être assez naïf pour croire que notre régime politique ne sera jamais plus menacé.

De notre point de vue, cette action contre la Région ne se justifie donc pas puisque la Commune savait de longue date les risques financiers qu’elle prenait et que le Bourgmestre veut utiliser la délibération du Conseil pour appuyer sa revendication de maintien du vote électronique.

Plan de Cohésion Sociale : carton orange pour la Majorité

Le Plan de Cohésion Sociale (PCS) 2014-2019 a été déposé par la Commune aux instances régionales compétentes. Celles-ci ont fait part de leurs remarques au Collège communal qui nous propose maintenant de voter sur le PCS modifié. Nous avons voté positivement sur ce point. Toutefois, nous ne pouvons partager l’optimisme du Collège quand il déclare que "les remarques et objections n’apportent pas de modifications sensibles au plan". En effet, le courrier envoyé par le Ministre Furlan signale que "le canevas du document n’a pas été respecté et que de manière générale il faudra revoir les objectifs opérationnels de toutes les actions".

Nous pensons que ce document essentiel pour définir, expliquer et faire vivre la politique sociale de la Commune aurait gagné à intégrer une vision globale et à long terme de la Majorité dans ce domaine. Dans sa forme actuelle, le PCS est une liste d’actions répertoriée qui sont certes intéressantes et qui doivent être soutenues mais nulle part, on ne comprend quel est l’objectif recherché et comment ces actions aideront la Commune à agir sur le terrain social.

Plan Communal de sécurité : Le chef de zone invité

Nous avons aussi introduit une demande écrite d’audition du chef de la zone de police SECOVA pour qu’il nous éclaire sur le rôle des caméras de sécurité que la Majorité entend installer à Aywaille. Contrairement à ce que proclame le Collège, nous ne croyons pas que l’installation de ces caméras améliorera sensiblement la sécurité à Aywaille. Par contre, nous nous inquiétons de cette dérive sécuritaire de nos sociétés qui met en péril le respect de la vie privée et s’inquiète plus de la petite délinquance que des grands fraudeurs de la haute finance. Concrètement, nous souhaitons que le chef de police réponde aux questions suivantes :

  • Quels sont les grands axes du plan de sécurité dans la zone SECOVA et en particulier à Aywaille ?
  • Pour lutter contre quels types de criminalité les caméras de sécurité sont-elles utilisées ?
  • Au vu d’autres expériences, les caméras de sécurité s’avèrent-elles être des outils efficaces et proportionnés de lutte contre la criminalité ?
  • Dans des zones où elles sont déjà installées, a-t-on déjà pu évaluer objectivement et sur base d’indicateurs chiffrés le bénéfice que l’on peut tirer de l’installation de caméras de sécurité ?
  • Quels sont les garanties qui sont mises en place pour protéger la vie privée des citoyens ?
  • L’installation de caméras de sécurité n’est-elle pas elle-même génératrice d’un sentiment d’insécurité ?
PDF - 70.5 ko
OJ CC 30 janvier 2014