Triste fin pour la panthère des neiges

Publié le samedi 21 décembre 2013

Ce mardi 17 décembre une panthère des neiges, un animal en voie d’extinction, s’est donc échappée de sa cage au Monde Sauvage d’Aywaille. Elle a été retrouvée et abattue dans la nuit de mardi à mercredi.

Au-delà de la très vive émotion que l’on a pu percevoir dans tous les médias (journaux, réseaux sociaux,...), ce malheureux incident appelle de notre part plusieurs commentaires.

D’un point de vue moral, nous déplorons cet abattage d’un animal si rare. Nous restons persuadés qu’il aurait été possible de procéder autrement pour essayer de le capturer vivant. Quand on s’occupe de tels animaux, il faut être équipé pour pouvoir faire face à toutes les situations. Interrogé dans le journal Le Soir du jeudi 19 décembre, Thierry Hance, le patron de l’institut des sciences de la terre de l’UCL déplorait qu’en abattant cet animal protégé "on a fait bien plus grave que brûler un Van Gogh" tant il est précieux du point de vue de la biodiversité. Il n’en reste en effet que 5000 à travers le monde. La panthère des neiges est reprise sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Nous avons aussi été extrêmement surpris d’entendre les déclarations du responsable du parc pour qui "les règles de sécurité du parc sont bonnes. On n’a pas besoin de changer quoi que ce soit". N’en déplaise à celui-ci, il s’est quand même passé quelque chose d’anormal pour que le fauve puisse s’échapper de sa cage de verre. Héberger un animal aussi précieux implique aussi des responsabilités importantes. Il en va de la crédibilité du parc !

Cet incident porte aussi un préjudice important à la commune d’Aywaille. En l’espace de quelques heures, nous sommes devenus la risée du pays pour l’amateurisme avec lequel cette affaire a été gérée. Même si la problématique des animaux en captivité et de leur bien-être déborde largement les seules compétences communales, nous sommes donc intervenus au conseil communal de ce jeudi 19 décembre pour que le bourgmestre fasse pression sur le gestionnaire du parc pour que toutes les mesures soient prises pour éviter pareil incident. Dans notre commune qui mise beaucoup sur son attractivité touristique, une remise en question des responsables du parc nous paraît indispensable. Il en va de la réputation de la commune !