Au-delà de la phase frénétique de moralisation de la vie politique liée à l’affaire Publifin, nous pensons que le citoyen est aussi en droit d’attendre de ses élus un plus grand sérieux dans la gestion des affaires publiques. A Aywaille, la Majorité continue à mener une politique sans vision au gré des inspirations du Collège, sans évaluer l’impact des décisions prises. De ce point de vue, l’aménagement de la Place Thiry est emblématique.

La Majorité s’entête à vouloir en faire LE chantier qui marquera d’une trace indélébile la mandature 2012-2018. Si certaines personnes voient ce chantier comme un progrès, d’autres y sont farouchement opposés. Qu’en pensez ? A la lecture du dossier, nous ne pouvons que déplorer les insuffisances de l’évaluation réalisée. Celle-ci se résume à mettre autour de la table des représentants de la Majorité, des administrations communale et régionale, de la police et des TEC qui se félicitent, sans critère objectif, des succès engrangés.

Des comptages ont bien été réalisés mais ils n’ont pas mesuré si la sécurité des usagers a été renforcée, si la circulation est devenue plus fluide, si les remontées de file ont diminué, si la convivialité de la Place a été améliorée. Les participants aux réunions d’évaluation ne tirent d’ailleurs aucune conclusion des comptages. Par contre, ceux-ci ont mis en évidence l’absence quasi-totale des deux-roues dans le centre d’Aywaille. Sur l’ensemble des périodes de comptage, on relève 0.3% de cyclistes, 3 vélos pour 1000 véhicules !!!

Le seul enseignement que l’on peut tirer de ce travail c’est qu’il est impossible de dire si la modification du plan de circulation a servi à quelque chose. C’est bien dommage, d’autant plus que nous entendons des avis très tranchés sur la question. Certains estiment que la situation s’est améliorée alors que d’autres pensent qu’elle s’est franchement détériorée.

De son côté, la Majorité semble très satisfaite de son projet puisque ce qui devait être une phase de test de 3-4 mois devrait rester en place jusqu’à un aménagement définitif de la Place, dans les deux ans à venir, si tout va bien. En effet, à l’heure d’écrire ces lignes, les budgets nécessaires à ce projet n’existent toujours pas. Deux ans donc à supporter la laideur de cette place provisoire, cela ne risque pas d’améliorer l’image du centre d’Aywaille qui en a pourtant bien besoin.

Share This