A l’heure des scandales à répétition, on entend de plus en plus de gens qui se disent dégoutés par la politique. Bien sûr, les affaires ‘Publifin’, ‘Samusocial’,… sont inadmissibles. Elles demandent des sanctions et de nouvelles règles pour éviter ces intolérables abus. L’histoire montre que la professionnalisation de la politique, les cumuls et les renouvellements de mandats amènent trop souvent les élus à oublier la réalité de la population. La voie est alors ouverte vers l’abus de pouvoir quand ce n’est pas l’enrichissement personnel ou la corruption. Et même s’il existe des mandataires qui restent fidèles à leurs engagements, Ecolo a raison d’être intraitable dans ses exigences de bonne gouvernance.

Malgré ce tableau bien sombre, il faut rappeler que la politique est une chose nécessaire dans une société humaine. Comme l’écrit le philosophe André Comte-Sponville, la politique c’est la gestion non guerrière des conflits. Pas seulement entre individus (comme dans une famille) mais aussi entre groupes de gens aux intérêts divergents. On peut le regretter et penser que la vie serait plus facile sans toutes ces difficiles discussions. Pourtant les sociétés humaines ne peuvent vivre sans politique. Si nous étions des animaux mus par nos instincts nous n’aurions pas besoin de politique, si nous étions des anges guidés par une morale inébranlable, nous pourrions nous en passer. Mais nous sommes des êtres humains…

La politique est une chose indispensable, ardue qui nécessite en permanence de négocier avec ses partenaires et même avec ses opposants, ce qui explique en partie la lenteur de certaines décisions. A titre personnel, c’est une des raisons majeures de mon engagement en politique. Je ne crois pas aux vaines promesses de lendemains qui chantent. Je ne crois pas qu’un jour la société sera idéale et sans conflits. Par contre, je crois à la nécessité, à l’intérêt des échanges, des débats, des compromis. Même si rien n’est jamais acquis, ils nous font petit à petit progresser vers une société un peu plus juste, un peu plus tolérante malgré les difficultés et les vents contraires.

Liege-1ere-ville-belge-hors-nucleaire_Motion-conseil-communal

Share This