Suite à notre proposition, le Collège s’est engagé à étudier la mise en œuvre d’aménagements cyclables lors de tous travaux à réaliser sur les voiries communales et à définir une stratégie efficace de mobilité douce à Aywaille. Vous pouvez télécharger ici le texte complet de cette proposition.

Le Parlement wallon vote en faveur du vélo

Le transport est un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre. Face à la présence écrasante de la voiture, il faut offrir à tous les citoyens des alternatives de qualité. Les transports en commun (train, bus) constituent une partie de la solution. Mais la mobilité douce, à pied ou à vélo, reste encore beaucoup trop peu développée en Wallonie. Si l’on en croit le Gouvernement wallon, les choses devraient changer. Son ambition est de développer massivement la pratique du vélo. Il veut faire passer sa part modale dans la mobilité des personnes de 1 à 5% entre 2017 et 2030.

Dans cette optique, le Parlement wallon vient de voter un nouveau Décret. Il prévoit de doter les voiries régionales d’aménagements cyclables de qualité lors de chaque chantier de réalisation, d’aménagement ou de réfection. Cette façon de procéder devrait permettre de disposer d’ici quelques années d’infrastructures cyclables de qualité. Elles permettront la pratique du vélo au quotidien dans de bonnes conditions de sécurité. Cela sera facilité par l’arrivée massive du vélo à assistance électrique qui « applanit » réellement le relief.

Qu’en est-il à Aywaille ?

On sait que le vélo de compétition et de loisir est très présent dans la politique communale (organisation de courses, manifestations diverses). Le plus bel exemple est la future maison du cyclisme à Remouchamps. Un budget de près de 500.000 € est prévu rien que pour son aménagement intérieur ! Un coût que nous jugeons exorbitant. Il est totalement disproportionné au regard de ses impacts positifs sur les citoyens aqualiens.

Ce vélo de ‘prestige’ est tellement présent qu’il ne laisse pas de place au vélo du quotidien, celui qui permet à tout le monde de se déplacer en toute sécurité d’un village à l’autre, de se rendre à l’école, … Les comptages qui avaient été réalisés dans le cadre de l’aménagement de la Place Thiry sont édifiants. Sur l’ensemble des périodes de comptage, on n’avait relevé que 0,3% de cyclistes, c’est-à-dire 3 vélos pour 1000 véhicules ! A titre de comparaison, dans une ville comme Copenhague, près de la moitié des habitants se rend au travail ou à l’école à vélo.

Profiter des travaux de rénovation et d’entretien pour ‘penser vélo’

Nous avons donc demandé, lors du Conseil communal du 23 avril 2019, d’étendre la logique du décret wallon à l’ensemble des voiries communales. Nous proposons ainsi d’étudier, lors de tous travaux de réalisation, d’aménagement ou de réfection d’une voirie communale, la possibilité de l’équiper d’aménagements cyclables de qualité (pistes cyclables, marquage au sol, limitation de vitesse…). Si de tels aménagements ne sont pas possibles, leur non-réalisation devra être dûment motivée. Pour prioriser les travaux, nous avons également proposé d’actualiser le Plan Intercommunal de Mobilité qui date de 2003. Il mériterait aussi d’être affiné au niveau du territoire communal afin de définir une stratégie efficace de mobilité douce à Aywaille.

Notre proposition a été approuvée à l’unanimité, mais ce n’est que le début. Il nous faut maintenant travailler concrètement à la mise en place de cette mesure et à son suivi rigoureux. Nous pourrons ainsi faire d’Aywaille une commune où il fait bon circuler à pied, à vélo, à cheval, en bus ou en voiture.

 

Photo by Steinar Engeland on Unsplash

Share This